Les soins psycho sociaux esthétiques

Un métier nouveau, en pleine évolution et enfin reconnu. Les professionnels ont défini le profil de la psycho-socio-esthéticienne.

Voir la fiche métier sur le site du Ministère de la Santé – (choisir “métiers” – lettre S – socio-esthétique).

Définition : « Réaliser des soins socio-esthétiques adaptés, le toucher relationnel, l’hygiène corporelle appliquée et les soins portés sur l’apparence de la personne dans le but de revaloriser l’image de soi et de favoriser la réparation identitaire contribuant à l’inscription de la personne dans son environnement. »

Un stage de formation sur les soins psycho sociaux esthétiques à la délégation APF d’Eaubonne dans le Val d’Oise.

Témoignages de « clientes patientes » à notre stagiaire :

Caroline (40 ans) :

« Je suis atteinte de la SEP depuis 18 ans, m’occuper de moi devient très difficile des fois. Je ne me maquille pas trop souvent, alors quand on peut s’occuper de moi ça me fait du bien. Le temps qu’on m’a maquillée c’était formidable.
Je ne mets pas autant de temps quand c’est moi qui le fait.
Se maquiller, se voir maquiller, cela procure du bien-être on a envie de recommencer et l’écoute est importante, parler avec la personne qui vous maquille c’est important, c’est un moment à nous qui est agréable. »

Christine (39 ans) :

« Les moments que j’ai passé avec vous ont été forts agréables. Cela fait du bien au corps et à l’esprit de se détendre et de ne plus penser à ses angoisses.

Ce que j’ai bien aimé dans les soins psycho sociaux esthétiques c’est qu’ils ont une approche thérapeutique du soin.

En effet on peut parler et se laisser aller en oubliant tous ses soucis. »

Je me présente : Je m’appelle Corinne, j’ai 48 ans et je suis stagiaire pour ma formation en soins psycho sociaux esthétiques à la délégation départementale de l’APF à Eaubonne.

J’ai été pendant 26 ans aide soignante (10 ans en structure, milieu hospitalier en chirurgie, réanimation) et ensuite j’ai exercé à domicile pendant 14 ans.

J’ai choisi d’aller au domicile des patients car je souhaitais connaître un autre versant du métier d’aide soignante. A l’hôpital j’ai fait mes preuves sur le plan professionnel, j’ai appris à travailler, c’était passionnant.

Au domicile le contact avec les personnes est très différent, on a plus le temps de voir la personne. Je sentais qu’ainsi je rompais leur solitude. Le côté relationnel est très important.

Ensuite j’ai passé un CAP d’esthétique et maintenant je poursuis cette formation Les soins psycho sociaux esthétiques car j’aime transmettre du bien-être, c’est pour moi une source de grande satisfaction, me sentir utile. J’aime embellir mes patients par le biais de l’esthétique sans rester sur l’esthétique pure

En fait je suis très manuelle, j’aime manipuler les crèmes et durant mes visites j’ai rencontré pas mal de personnes finalement très coquettes.

Pour d’autres personnes je leurs disais « Vous êtes une personne vivante, il y a des petites choses à faire !»

De les maquiller cela leur donnaient un meilleur moral, une revalorisation, un autre regard sur elles-mêmes. Certaines personnes semblent reprendre gout à la vie « je me sens vivre ! ».

Je fais cela pour essayer de casser cette image de la maladie.

Beaucoup me disent que chez l’esthéticienne pure c’est très différent, ici avec moi elles sont libres de propos. Je suis là aussi pour écouter et apporter du bien-être à des personnes fragilisées souffrant d’une altération de l’image de soi.

Les personnes reprennent confiance en elles, et elles ont envie de continuer à se soigner.

Nous faisons aussi du modelage (des pieds, des mains, du dos, du visage) à ne pas confondre avec les massages qui sont du domaine de la kinésithérapie.

Enfin, notre pratique est basé sur le touché, la parole, l’écoute, la douceur, la relaxation, la valorisation de la personne.

Ma première prise de contact c’est une poignée de main, c’est important

Mettre sa main sur une épaule.